Avertir le modérateur

13/03/2006

Hybrides, deuxième service et on n'en parle plus.

Deux jours après la publication de la chronique précédente, le quotidien de la Vallée, le San Jose Mercury News (SJM) nous annonce une forte nouvelle: les hybrides énervent.  Mais, cette fois-ci ce ne sont pas les dinosaures de Détroit qui se rebellent mais bien les conducteurs du lieu.  Les hybrides ralentissent le trafic, disent-ils.  Aux heures de pointe, des files sont réservées aux véhicules contenant au moins deux passagers (3 à Los Angeles) ; on les appelle files HOV (High Occupancy Vehicles) ou files Diamant, allusion au losange qui les marque au sol – et à leur valeur.  Ces files sont le résultat des crises pétrolières des années 70.  Partagez une voiture au lieu d’aller égoïstement au boulot chacun dans votre auto et nous vous ferons arriver plus tôt et plus détendus.  En bon franglais, c’est le carpooling.  (Notons que les capitaines d’industrie ne sont pas oubliés, il suffit d’avoir un chauffeur).  Un quart de siècle plus tard, l’État de Californie, dans sa grande et permanente sagesse écologique accorde un privilège aux conducteurs d’hybrides : aux heures de pointe, ils peuvent rouler seuls à bord dans les couloirs collectifs.  Mais, me direz-vous, d’accord pour la jalousie, mais les Prius et autres sont-elles si nombreuses qu’elles bouchent ces files ?

 

Non, elles ne bouchent pas les files collectivistes et oui, elles énervent les autres conducteurs.

J’évoque cette agitation (exagérée par le SJM, il faut bien vivre) pour éclairer un fait mal développé la semaine dernière : la façon dont les hybrides modifient le comportement du conducteur.  Même si les hybrides représentent bien mois de 1% des véhicules en circulation, le vrai problème est qu’une partie de ces véhicules roulent trop lentement – au regard des autres conducteurs.
Revenons 21 ans en arrière : la vitesse maximale autorisée sur les autoroutes est 90 km/h (55 miles).  Et, à 10 km/h au-dessus de la limite, les contraventions commencent à pleuvoir.  Les années passent, la mémoire du choc pétrolier s’estompe, la vitesse observée augmente et le droit rejoint le fait, la vitesse autorisée passe à 104 ou 120 km/h (65 ou 75 mph) selon les routes.  L’escalade continue et d’aucuns disent que « la 85 », une autoroute de la Vallée, est ainsi nommée en raison de la vitesse du trafic.  En parallèle, pas d’augmentation démontrable du nombre ou de la gravité des accidents, à la grande satisfaction des fanas de l’automobile et à la non moins grande irritation des hommes et femmes soucieux de l’avenir de la planète.  Résumé des arguments de part et d’autre : on vous l’avait bien dit – ce n’est pas une raison.  Autre motif d’aigreur et de moquerie : dans la seconde moitié des années 90, le CARB, délicate allusion, le California Air Resources Board déclare la guerre au CO2.  En 2006, décrète cette auguste institution, 10% des voitures immatriculées dans l’année devront émettre rien ou de la vapeur d’eau.  Qui peut désavouer la lutte contre l’effet de serre dû au gaz carbonique ?  Ça va marcher parce que ce serait bien si ça marchait.  Dans la Vallée, les technoïdes de tout bord politique se tiennent les côtes : pari non seulement impossible mais aussi imbécile.  Les politiciens et hauts fonctionnaires persistent car la posture (ou l’imposture) est populaire auprès de ceux des citoyens énervés par l’impudente consommation d’énergies non renouvelables.  Je les comprends un peu ; après deux décennies dans la Vallée, je suis encore ébahi par la débauche d’air conditionné, les bureaux et les ordinateurs allumés jour et nuit, la cylindrée des moteurs  -- et le bas prix de l’essence, même aujourd’hui à 55 centimes d’euro le litre.  Le souci écologique connaît aussi ses exagérations : stagnation de l’air un jour d’été, alerte à la pollution.  Roulez moins et moins vite, prenez les (rares) transports en commun.  Mais, allons plus loin dans la protection de l’environnement, camarades, évitez de démarrer votre barbecue à l’aide du liquide inflammable habituel, comme si les barbecues, un jour de semaine, avaient une réelle influence sur l’air ambiant.  Et le pompon va à la présentatrice de télévision qui, sans rire, suggère de ne pas utiliser de solvant pour vernis à ongle un jour pareil.  Je n’invente rien.

 

Ces contradictions exposées, quid des hybrides bouchons ?


Comme évoqué la semaine dernière, l’avantage de consommation d’une hybride (oui, la Prius a féminisé le mot) sur une voiture de même taille et de même cylindrée est minime.  Ou plutôt, il ne se voit que dans une circulation embouteillée avec un grand nombre d’arrêts et de redémarrages.  Mais, sur les autoroutes du lieu, pour voir une consommation moindre s’afficher sur l’écran de la voiture, les conducteurs d’hybrides n’ont qu’une solution, ralentir.  Passer de 100 à 120 km/h augmente la consommation de plus de 20%.  Quand vous achetez une Prius, vous avez le devoir de consommer moins.  D’où la frustration des autres conducteurs qui se sentent brimés, nargués par ces rouleurs constipés.  Que se passerait-il si les voitures normales avaient le même écran de surveillance de la consommation instantanée et cumulée ?

Consumer Reports, la bible du consumérisme de ce pays d’abondance, écrivait il y a quelques jours que les économies de consommation des hybrides, Prius en tête, ne justifiaient pas le supplément de prix.  Tollé, comment osez vous ?  Réaction (de sa base, dirait Bush) qui amène le magazine à « préciser » sa position sur son site (fort bien fait et pour partie payant –pas de publicité pour financer les pages Web).  Car enfin, rouler en hybride est plus qu’une économie, monsieur, c’est une mission.  Demandez aux Tartuffes d’Hollywood qui ont très bien compris le parti à tirer de ces véhicules pour leur image.  Je plaide coupable, mais je demande à bénéficier de circonstances atténuantes au motif que je viens de troquer ma deuxième Prius contre une voiture moins correcte.


Mais, assez parlé des hybrides : dans deux jours, Google élimine Microsoft.

18:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Commentaires

En France les recettes de l'état subissent une baisse dûe à ces fameux radars limitant nos vitesses. je ne sais quelle formule mathématique pourrait être élaborée pour mettre en corrélation recette d'une amende, coût d'un radar et baisse de la consommation d'essence mais il y a des pertes et profits. Je vous narre une expérience que j'ai réalisé lors des déplacements que je fais en long cours. J'ai un Nissan Priméra 2,00 GT de 1993, un monstre gourmant si l'on profite de ses promesses, 150 CV entre-autre. Et bien voilà, par soucis d'économie et pour que cette monture léguée par mon père soit devenu un vrai cadeau, j'ai roulé de la manière suivante : ne pas dépasser les 3000 tr au compte-tour et parcourir toute les pentes en roues libres (pas moteur arrêté, sécurité). Le constat, une consommation de 4,5 litres au cent. je parle d'une expérience répétée plusieurs fois. J'ajoute que je roulais sur autoroute, 3000 tr correspond à 110 km/h et que je n'appliquais pas le roue libre quand d'autres véhicules étaient trop proches. le seul problème était de gérer les camions, il fallait parfois que j'accèlère jusqu'à 140 pour pouvoir prendre une marge sur mes descentes et ne pas être rattrapé par les camions trop rapides. Certe cette pratique peux semblait dangereuse si elle est commise par la moyenne des conducteurs, mais de là pourrait être élaborées des gestions de moteur permettant ainsi d'économiser l'énergie. Je suis heureux de posséder cette automobile très fiable, puissante et coupable de 9 à 10 litres au cent en conduite "normale" et de pouvoir augmenter mon autonomie tout en préservant la mécanique.

Écrit par : Philippe | 14/03/2006

Autre petit commentaire spécifique à ces hybrides. L'idée est belle de vouloir économiser les énergies renouvelables. Parait-il que le véhicule le plus économique est le vélo (hybride entre descente Newtonnienne et énergie humaine), plus économique encore que la marche à pied au niveau du bilan énergétique. Cependant, sensibilisé que je suis sur un facteur de bilan énergétique, je ne presse pas mes oranges mécaniquement et d'ailleurs je consomme peu d'orange, préferant la pomme, moins grande consommation de transport. Un Hybride se constitue entre autre d'une masse métallique issue de mine, fonderie, raffinerie, d'une batterie faite avec des éléments inavouables et non péreines. Alors questions, une batterie en fin de vie, une énergie renouvelable ? Les indiens démontent des bateaux, des ordinateurs, vont ils démonter des piles ? Alors je considère dans mes achats ce facteur énergie, autant du fait des emballages que de la provenance et du rendu social. Si un prix est exigé pour la reprise d'un pneu à fin de son reconditionnement, sachons aussi inclure ce prix dans la Prius et espérer que sont surcout vient de là

Écrit par : Philippe | 14/03/2006

de la part de: frederic.mouset@laposte.net

monsieur
je me permet de prendre contact avec vous car en tant que citoyen responsable il me doit d attirer votre attention sur un sujet que vous avez sans doute deja croiser sur le NET.je suppose que vous savez que l energie produite par une centrale nucleaire se vaporize dans le "transport",aussi je trouve irrationnel et injuste que de tels systemes soit rester en place aussi longtemps .j ai decouvert au fil du NET de pur genies qui on fabriquer de l electricitee a partir de machines et de tres varier procedes d extraction..la simpliciter de mise en oeuvre de telles inventions est surprenante de logiques ,un ENFANT pourrer le comprendre!c vrai!
aussi si vous meme ou UNE DE VOS CONNAISSANCES avez les capacitees et l intterer, n hesitez pas a me contacter ou a investir vous meme dans cette pure voie.
il faudras lire entre les lignes car je ne puis vous fournir la veritee."l affreuse".
seules vos capacitees et assurances en electronique vous donnerons la solution et confirmation de l evidente simpliciter.
pour le BIEN de tous.


excuser une certaine lourdeur d ecriture mais le temp presse j ai 10000 gens a contacter.
je vous envoie ci joint quelques liens forts interessant,jespere que ce message ne finiras pas dans une poubelle et qu une belle plante pousseras de ma graine.

http://www.magnetricity.com/

http://jlnlabs.imars.com/mahg/tests/mahg2c.htm#COP21

http://www.hcrs.at/MULLER.HTM

http://pureenergysystems.com/os/EdGrayMotor/PM_PEM_MG/prototypes/motor/GM3/index.html

http://www.fdp.nu/free_energy.asp?book=rotor&menu=n

http://www.icehouse.net/john34/index100.htm

http://www.icestuff.com/~energy21/grayphotos.html

http://freeenergynews.com/Directory/Inventors/JohnBedini/SG/Feb2005/index.html

http://www.intalek.com/Index/Projects/SparkGapExp/SparkGapExp.htm

http://www.lutec.com.au/gallery.htm

http://www.keelynet.com/confer/knbios.htm

http://perso.wanadoo.fr/quanthommesuite/Nouv131204.htm

http://www.geocities.com/koneheadx/RVMuller.html

http://www.fdp.nu/perendev/default.asp


LE BUT DEFFINIE L INTELLIGENCE HUMAINE

ps: n hesiter pas a fouiller tous ces sites a fond et a diffuser sur un forum!!!

Écrit par : overunity | 18/03/2006

les hybrides donnent bonne conscience,
elles emettent environ 100 gr/km
les nouvelles c1, 107 emettent aussi 100gr/km
de façon globale l'impact de la C1 est plus faible, elle est plus légère, occupe moins d'espace et est plus facile à recycler.

Écrit par : vincent | 24/03/2006

Bonsoir,

l'hybride non polluant, c'est htpp://www.mdi.lu

Moteur à air comprimé-->

- zéro pollution
- Le plein pour 2 Euros
- une boite française (Guy Nègre)

Et PERSONNE n'en parle.

même pas Jean-Louis.

Quelle misère !

cdt.

Écrit par : hugues | 24/03/2006

Pour avoir été traité de "sale bourgeois" dans les années soixante-dix par des révolutionnaires qui travaillent aujourd'hui pour Pasqua, Sarkozy et autres progressistes bien connus, il m'est complètement indifférent d'être vu comme un bobo.
Pour avoir été considéré, par les franchouillards qui se massacraient rageusement sur les routes, comme un "handicapé" parce que je préférais la transmission automatique à la boîte mécanique, il m'importe peu d'être perçu comme un gogo.
Le marketing de Toyota, comme ceux des autres constructeurs, me laisse totalement indifférent.
J'ai fait l'acquisition d'une Prius parce qu'elle est souple et silencieuse. Elle restitue le plaisir de conduire sans agressivité. Avec son "intelligence" embarquée (les logiciels sont des concentrés d'intelligence humaine), elle me procure la douce jubilation ludique d'un pilotage aussi fin que possible, en ville comme sur autoroute.
La consommation et l'écologie m'importent peu. Je me détourne des modes en général et des journalistes en particulier.
Je suis un hédoniste.
Toyota ne me rémunère pas pour commenter les blogs en général et le remarquable message de Jean-Louis Gassée en particulier.

Écrit par : Alain Joannès | 26/03/2006

Bonjour,

rien à voire avec l'objet du post, juste un petit message pour vous dire à quel point je suis content du retour de vos chroniques!
Vraiment! Ca manquait!!!

J'en avais un peu marre de taper tous les mois "jean-louis gassée" ds google et de ne pas trouver trace d'une nouvelle activité de votre part!
Rien à dire, vos chronique ont terriblement manqué!
En vous souhaitant une longue continuation sur ce blog!

Merci

Eric

Écrit par : eric | 27/03/2006

Je me permets quelques commentaires (se référant plutôt au premier article sur la Prius dans votre blog):

- La Prius ne possède pas d'embrayage. La transmission contient un système très élégant utilisant des engrenages planétaires reliant les 2 moteurs électriques et le moteur à essence. Le moteur à essence peut donc tourner sans que la voiture n'avance, la voiture peut rouler en mode électrique, ou électrique/essence. Il n'y a pas de courroie et de poulies à
diamètre variable comme dans la Honda Civic. Des commentaires tels que "une usine à gaz" concernent plus la partie électrique et électronique, la Prius contenant plusieurs convertisseurs continu / triphasé et une informatique sophistiquée pour contrôler le tout. Le passage d'un mode à l'autre est entièrement commandé par l'électronique en faisant varier la vitesse des moteurs électriques et du moteur à essence. Pas de changement de vitesse et pas d'à-coups (ou très léger quand le moteur à essence s'enclenche).

- La Honda Civic hybride est très différente de la Prius dans son fonctionnement. Le moteur électrique fonctionne en parallèle avec le moteur à essence.

- Quant aux résultats que vous avez reportés, ils varient beaucoup selon les utilisateurs et le type de trajets effectués. Il faudrait faire des mesures réelles avec d'autres voitures conventionnelles.

- Le but de la Prius est aussi de de réduire les émissions nocives, particulièrement en ville quand le moteur à essence s'éteint aux feux rouges. Les mesures de l'EPA sont biasées pour n'importe quelle voiture, et pas seulement la Prius.

- D'après ce que j'ai lu, je ne vois pas comment une Prius sans batteries et moteurs électriques pourrait fonctionner. Le moteur à essence a été conçu de telle façon qu'il fournit une économie de carburant en régime de croisière et a été sous-dimensionné à cet effet. Si je comprends les choses correctement, la nature de la transmission fait que le moteur à essence vu son faible couple a besoin de l'aide du moteur électrique pour faire accélérer la voiture.

- La Prius n'est pas la solution aux problèmes de circulation/pollution quoi qu'il en soit, mais c'est un début et d'autres solutions viendront certainement (par ex. voitures qui éteignent le moteur à essence au feu rouge, transmission CVT plus efficace, etc.).

- Je ne considère pas la Prius comme une religion :-)

Christian

Écrit par : Christian Gavin | 27/03/2006

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu